Un événement du Cercle des économistes
Espace Media Inscrivez-vous

Fawzia KOOFI

  • Ancienne Vice-Présidente du Parlement d'Afghanistan
  • Parlement afghan

Biographie


Fawzia Koofi était membre de l'équipe de négociation de la paix représentant la République islamique d'Afghanistan.

Les antécédents familiaux politiques de Fawzia et son orientation vers le service public l'ont poussée à saisir les nouvelles opportunités qui ouvraient la voie à de nombreuses femmes. Elle a décidé de se présenter au Parlement dans la province de Badakhshan et a été élue députée de cette province en septembre 2005, juste après la première élection du Parlement après 33 ans, Fawzia a été élue deuxième vice-présidente du Parlement, la première femme dans l'histoire de l'Afghanistan. En 2010, elle s'est présentée pour la deuxième fois au Parlement et a été élue à la majorité et sans quota.

Elle a été membre et présidente du comité de l'UIP sur les droits de l'homme des parlementaires de 2016 à 2019. Après avoir obtenu son baccalauréat, elle a intégré une école de médecine compétitive. Mais peu après, les talibans ont pris le pouvoir en septembre 1995 et ont interdit aux femmes l'accès à toute éducation ! Les portes de l'enseignement universitaire lui étant fermées, Fawzia a concentré son énergie sur les organisations de défense des droits des femmes et a travaillé en étroite collaboration avec l'un des groupes les plus vulnérables, à savoir les personnes déplacées à l'intérieur du pays (PDI), ainsi que les femmes et les enfants marginalisés. Elle a continué à travailler avec UNICEF Afghanistan sur les droits des femmes et des enfants, en particulier sur le retour à l'école, la réintégration des enfants soldats et la traite des enfants. Elle est titulaire d'une licence de la faculté de droit et de sciences politiques de l'université de Kaboul et d'un master en relations internationales et droits de l'homme de l'École de diplomatie de Genève.

Parmi les principales initiatives en faveur des femmes qu'elle a défendues, citons l'amélioration des conditions de vie des femmes dans les prisons afghanes, par l'approbation de résolutions, et la création, grâce à ses efforts, d'une commission chargée de travailler sur la question de la violence contre les enfants, présidée par le premier vice-président afghan. Elle a présenté de nombreuses lois progressistes protégeant les femmes et les enfants, notamment la loi sur la violence contre les femmes, la loi contre le harcèlement des femmes et des enfants, la loi sur l'enfance, et a contribué à l'élaboration de lois garantissant la protection des droits de l'homme pour les citoyens. Avec son soutien et son influence, le budget de l'égalité des sexes a été établi dans le budget national. Elle a promu l'éducation des femmes et des filles, en plaidant pour l'accès à de bonnes écoles et en créant des opportunités d'éducation non formelle pour les enfants non scolarisés dans sa circonscription, la province de Badakhshan.

Elle est l'auteur de lettres à mes filles et du livre "The favorite daughter" qui est son autobiographie. Elle a été classée parmi les 100 femmes de la BBC, les jeunes leaders mondiaux du Forum économique mondial, l'esprit sans peur de 2013 du magazine Times, les 50 grands leaders du magazine Fortune en 2021 et bien d'autres encore. Elle a reçu de nombreux prix prestigieux, dont celui des femmes de la connaissance, Minerva, Casa Asia diversity, Champion de la fondation Pet Tillerman, Champion des droits de l'homme du Middle East Institute, Anna Politkovskaya, Women in War award et bien d'autres encore.

Elle est à la tête d'un parti politique nouvellement créé, le Mouvement pour le changement en Afghanistan. Les talibans l'ont assignée à résidence dès qu'ils ont pris Kaboul, mais elle a finalement réussi à fuir l'Afghanistan. Depuis sa fuite de Kaboul, elle a voyagé dans le monde entier pour rencontrer des dirigeants mondiaux, des organisations de défense des droits de l'homme et des militants de la société civile afin de maintenir l'attention sur l'Afghanistan en termes de crises humanitaires et politiques, en particulier la répression des femmes et des filles. Elle continue à faire pression pour une protection totale des droits des femmes et à avertir les dirigeants mondiaux des conséquences sur la sécurité de l'ignorance des femmes et du peuple afghan. Récemment contrainte de quitter l'Afghanistan en raison de problèmes de sécurité, elle a été nominée pour le prix Nobel de la paix.


Interventions


10 juillet
12:15