Un événement organisé par
Espace Presse Inscription

L'industrie de la construction à l'épreuve de l’accord de Paris


Environnement | Les territoires et les entreprises

Grâce à une utilisation intelligente de logiciels et de la technologie, il est possible d’élaborer des modèles économiques pour des bâtiments écologiques.

Le secteur de la construction est le plus gros pollueur au monde, les bâtiments étant responsables de 39 % des émissions mondiales de CO2. Et pourtant, le secteur n’investit que 2,3 % de son chiffre d’affaires dans l’innovation, selon le dernier tableau de bord de l’UE sur les investissements dans la R&D industrielle[1]. Ce chiffre est l’un des plus bas parmi les secteurs étudiés dans le rapport, et il est même soutenu par la contribution exceptionnelle des entreprises de construction chinoises ; en dehors de la Chine, l’investissement dans la R&D en matière de construction semble être essentiellement insignifiant. Alors que le secteur de la construction poursuit ses activités comme d’habitude, le changement climatique s’accélère. Nous constatons d’innombrables conséquences catastrophiques du changement climatique, parmi lesquelles le fait que les régions côtières du monde, qui abritent 11 % de la population mondiale, sont menacées. Les deltas des fleuves de faible altitude, comme celui des Pays-Bas, sont particulièrement vulnérables.

Les sociétés de promotion immobilière, les investisseurs et les architectes contribuent tous à façonner notre avenir et, en tant que tels, sont fortement impliqués dans cette situation. Les bâtiments planifiés et réalisés aujourd’hui devront survivre à des changements massifs des conditions environnementales au cours de leur durée de vie. Or, les marchés mondiaux de la construction, avec leurs budgets serrés et leurs faibles marges bénéficiaires, ne permettent généralement pas la construction de tels bâtiments. En conséquence, l’industrie a adopté le greenwashing à grande échelle. Dans la plupart des cas, il ne s’agit pas nécessairement de fraude, mais simplement de faire ce qui est possible dans les limites économiques. Des labels verts sont largement répandus, promettant des bâtiments « excellents » ou « remarquables » et des certificats « or » ou « platine » ; ces labels conduisent à des mesures telles que des toilettes non mixtes, des nids d’oiseaux, des parkings à vélos et la mesure de la consommation énergétique des bâtiments. Or ces mesures sont inefficaces pour lutter contre le changement climatique: même si tous les bâtiments du monde recevaient un label vert, nous nous dirigerions toujours vers un réchauffement climatique de 3 degrés.

La question urgente est donc de savoir s’il existe des solutions à cette situation. Le premier fait, et le plus critique, est que la plupart des pays ont signé l’Accord de Paris, dont l’objectif est de maintenir le réchauffement climatique en dessous de 2 degrés Celsius. Christiana Figueres, une des architectes de l’accord de Paris, est plus qu’inquiète ; elle qualifie notre comportement actuel de « suicidaire ». C’est maintenant qu’il faut agir, car le temps presse. Compte tenu de cette urgence, l’effet immédiat le plus important que l’industrie de la construction peut produire est la réduction du carbone incorporé, c’est-à-dire les émissions créées lors de la construction. La consommation d’énergie des bâtiments est également importante, mais il s’agit d’une économie qui sera rentabilisée au fil des décennies – c’est maintenant qu’il faut réduire les émissions.

En ramenant la construction au niveau prévu par l’accord de Paris, les émissions de CO2 autorisées pour la construction de bâtiments seraient réduites de moitié, passant d’environ 800 kilogrammes d’équivalent CO2 par mètre carré de surface de plancher à environ 400 kilogrammes. La question qui se pose alors est de savoir comment y parvenir.

Cela commence par un investissement dans des logiciels et de l’expertise. Les logiciels 3D permettent d’analyser les projets de construction afin d’identifier les matériaux proposés qui ont les émissions intrinsèques les plus importantes. Le défi suivant consiste à les remplacer par des matériaux à plus faible intensité de carbone, ou à ne pas les utiliser du tout. Le béton est l’un des matériaux les plus utilisés et les plus utiles dans la construction, mais il est également responsable d’une part importante des émissions liées à la construction. Le remplacement des éléments en béton par des versions plus légères ou des éléments en bois permet d’alléger les bâtiments, ce qui peut réduire la taille des fondations nécessaires, elles aussi généralement en béton. Dans de nombreux endroits, cela est possible sans incidence sur le budget. Il s’agit ici d’être informé sur les composants du bâtiment et d’utiliser les bonnes bases de données et les bonnes technologies de l’information. Dans un climat européen modéré, il est possible de réduire les émissions de CO2 d’au moins 50 %. À Bruxelles, nous avons testé avec succès cette méthode pour une tour de bureaux et de logements. Dans les centres-villes, il est possible de réduire la taille des sous-sols ou d’éviter complètement les sous-sols de parking. Même l’utilisation d’une technologie telle qu’un système de parking automatisé, qui stocke les voitures de la manière la plus dense possible, peut avoir un impact important par rapport à un parking souterrain traditionnel.

Si rien d’autre que du béton ne fonctionne, il est également possible de créer des bâtiments prêts à être transformés, tels que des parkings qui peuvent être transformés en logements, ou des bâtiments constitués d’éléments standard qui peuvent ensuite être démontés et réutilisés ailleurs, comme nous l’avons testé dans le Matrix Innovation Center au parc scientifique d’Amsterdam.

MVRDV Matrix ONE 4 © Daria Scagliola

La réutilisation, la transformation et la reconversion peuvent également devenir un modèle économique pertinent. Par le passé, il était évident qu’une nouvelle construction coûtait moins cher qu’une transformation hautement personnalisée. Cependant, la rapidité de la transformation, qui peut réduire considérablement le temps de construction, peut aider à financer la main-d’œuvre supplémentaire pendant les phases d’étude et de conception. Presque accessoirement, la réutilisation de la construction et des planchers en béton existants a un impact massif sur les émissions de CO2. Pour un gratte-ciel fatigué des années 90 à Shenzhen, la transformation s’est traduite par un temps de traitement de l’esquisse à la réalisation de seulement 18 mois, au lieu de 6 ans. Notre projet a permis de gagner 4,5 années de revenus locatifs supplémentaires et d’économiser l’équivalent en CO2 de 11 800 vols entre Shenzhen et Amsterdam grâce à la réutilisation de la structure en béton – une situation clairement gagnante pour l’économie et la planète.

De nombreuses villes, comme Paris, plantent des arbres et verdissent la ville pour réduire le stress thermique en été. À Eindhoven, une ville technologique néerlandaise, un plan directeur intitulé « Parc national d’Eindhoven » augmentera la quantité de végétation afin de rendre la ville plus attrayante pour les investissements et les expatriés.

MVRDV Eindhoven Supervision 02 © MVRDV

Ce ne sont là que quelques exemples des innombrables possibilités qui permettent au secteur de la construction de réduire son impact sur le climat. Si l’idéalisme ne suffit pas à provoquer ce changement, le Green Deal européen et les rapports ESG imposeront bientôt un changement de comportement. L’essentiel est que le promoteur, l’investisseur et l’architecte collaborent dès le début de la phase de conception, lorsque les choses peuvent encore être modifiées pour réduire les émissions – et bien sûr, que toutes les parties essaient réellement de le faire. Trop souvent, il n’y a aucun effort, mais nous avons atteint le stade où faire comme si de rien n’était est devenu immoral. Nous devons à nos enfants d’être meilleurs et de respecter l’accord de Paris. Il est essentiel de concevoir des bâtiments intelligents et de prendre en compte la faisabilité économique de ces bâtiments « à l’épreuve de Paris ». Il existe de nouvelles méthodes et d’excellents modèles économiques ; l’important est de faire preuve d’ambition.

Jan Knikker, Partner & Strategy Director, MVRDV


[1] Page 39-40 https://op.europa.eu/en/publication-detail/-/publication/1e5c204f-9da6-11ee-b164-01aa75ed71a1/language-en